6ème réunion annuelle du partenariat de Ouagadougou : Le premier ministre donne le coup d’envoi à Conakry

  • Publiée par Redaction
  • 12 décembre 2017 20 h 58 min
  • 0

La 6ème réunion annuelle du Partenariat de Ouagadougou s’est ouverte ce 12 Décembre dans un établissement hôtelier à Conakry sous la présidence du Premier Ministre, chef du Gouvernement, en présence du Ministre de la santé, de membres du gouvernement, d’un parterre d’ambassadeurs et d’élus venant de pays d’Afrique.

Elle s’est ténue cette année sous le thème « L’autonomisation de la Femme et la Révolution Contraceptive ». À cet effet, près de 400 participants, venant de neuf pays (Bénin, Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Guinée, Mali, Mauritanie, Sénégal et Togo) se réuniront, discuteront et avanceront vers leur but commun, à savoir accélérer les progrès dans l’utilisation des services de Planification Familiale.

Le ministre de la santé dans son allocution a tout d’abord souhaité la bienvenue en terre africaine de Guinée aux participants.

Il a par la suite mentionné que beaucoup d’efforts restent encore à déployer pour continuer l’amélioration du niveau des indicateurs. «Le ratio de mortalité maternelle est passé de 724 à 550 décès pour 100000 naissances vivantes. La mortalité néonatale de 38 à 20 pour 1000 naissances vivantes. La mortalité infantile de 67 à 47 pour mille naissances vivantes. La mortalité infanto-juvenile de 123 à 88 pour mille naissances vivantes. L’indice synthétique de fécondité de 5,7 à 4,8 enfants par femme». Le gouvernement, a-t-il dit, s’est engagé à se repositionner dans le processus de planification familiale.  Un plan budgétisé avait déjà été élaboré avec l’appui du partenariat de Ouagadougou et des Partenaires techniques et financiers. Ce plan s’est vu contre carré par l’apparition de la Fièvre à Virus Épidémiologique Ebola.

Lors du deuxième Sommet de Londres sur la Planification Familiale en Juillet 2017, les ministres de la Santé de 9 pays africains ont pris des engagements forts, à savoir, entre autre, satisfaire l’objectif de couverture universelle pour la planification familiale. À cet effet, la Guinée s’engage à mettre sous contraception 188.000 femmes additionnelles entre 2017 et 2020 pour se conformer aux recommandations de la phase d’accélération.

Pour y arriver la Guinée va utiliser 5000 agents communautaires par la délégation de tâches pour atteindre 80/100 des populations notamment en zone rurale des tâches conformément à la nouvelle politique de santé communautaire d’ici fin 2018, renforcer le système logistique des produits de santé, y compris ceux contraceptifs.

Cela passe par l’intégration de l’offre de service de planification familiale dans tous les espaces jeunes ainsi que dans les milieux non traditionnel tels les salons de coiffure et les ateliers de couture.

À travers ces actions la Guinée compte augmenter sa prévalence contraceptive de 8 à 22/100 d’ici 2020. «Cette rencontre nous offre d’autres possibilités de financement pour renforcer notre système de santé au regard de la participation de nombreux Partenaires Techniques et Financiers». Dr Abdourahmane Diallo a remercié au nom du Président de la République, le Pr Alpha Condé l’unité de coordination du partenariat de Ouagadougou, les organisations partenaires et le comité national d’organisation pour cette rencontre. « Toutes ces actions et recommandations sont indispensables pour l’avancée vers une société épanouie et véritable » finira-t-il par dire.

Suite à son discours, certains partenaires ont intervenu, puis a eu lieu un intermède où de jeunes filles ont à travers un spectacle théâtraux-musical délivrée un message poignant pour le planning familial.

Le Premier Ministre, chef du Gouvernement a alors délivré son adresse.

Mamady Youla s’est dit réjouis du choix porté sur la Guinée pour accueillir cette rencontre dont le but noble est de garantir à toute personne vivant en Afrique l’accès aux moyens de contraception. «Le Partenariat de Ouagadougou constitue un espace adapté pour un meilleur alignement des interventions vers l’atteinte de nos objectifs communs». Le gouvernement guinéen a souscrit au programme pour l’émergence à l’horizon 2030. En ce sens, le but est de réduire la mortalité maternelle, infantile et celle juvénile. Investir dans le Planning Familial réduit la pauvreté et donne plus de ressources pour mieux équiper les établissements sanitaires et tant d’autres. «Le thème de cette rencontre cadre avec les priorités de notre gouvernement». Pour clore, il a solennellement demandé d’inscrire les recommandations de cette rencontre. «Je m’engage au nom du Président de la République et du gouvernement à ne ménager aucun effort pour faire du planning familial une réussite en Guinée en respectant nos engagements pris». Son adresse a pris fin par les remerciements toutes les délégations ayant effectué sur le déplacement, tous les partenaires Techniques et financiers.

Le premier Ministre a alors déclaré ouverts les travaux de cette sixième réunion.

Il est à noter que lesdits travaux continueront jusqu’au 14 Décembre.

Share Button
Précédent «
Suivant »

664 71 82 86

Laisser un commentaire