Candidature du Maroc au Mondial 2026 : le match est-il truqué ?

  • Publiée par Aris Diabaté
  • 17 avril 2018 11 h 21 min
  • 0

En changeant en cours de route les règles d’attribution de l’organisation du Mondial 2026, la Fifa a lourdement handicapé la candidature du royaume. Qui n’entend pas se laisser faire.

Le Maroc retient son souffle. Ce 16 avril, une délégation de la Fédération internationale de football association (Fifa), chargée d’examiner les candidatures pour l’organisation du Mondial 2026, est arrivée pour une mission au Maroc après un périple qui l’a conduite au Mexique, aux États-Unis et au Canada – les trois géants nord-américains qui présentent en commun le dossier concurrent de celui du Maroc.

Au royaume, cette « task force »devrait inspecter, pendant quatre jours, certaines infrastructures présentées dans le « bid book » dans les villes de Marrakech, Agadir, Tanger et Casablanca… « Le principal objectif de ces visites est de clarifier certains aspects techniques de chaque dossier », indique le communiqué de la Fifa. Et des éclaircissements, le Maroc en a certainement à fournir, mais, surtout, il devrait en avoir de la part de l’instance internationale…

Changement des règles de jeu

Le comité de candidature marocain – piloté par le ministre Moulay Hafid Elalamy avec le président de la Fédération royale marocaine de football (FRMF), Fouzi Lekjaa – a en effet découvert avec stupeur que son dossier, présenté le 15 mars à Zurich, n’est pas favorablement adapté au système de notation sur lequel devrait se fonder la délégation de la Fifa. Et pour cause : les règles du jeu ont été visiblement changées en cours de route.

« Depuis que nous avons reçu, en septembre dernier, la première mouture du règlement de notation [qui fixe un barème allant de 0 à 5], nous demandons à connaître la méthodologie exacte pour l’attribution des notes, nous explique une source proche du comité de candidature. Ce n’est finalement que quarante-huit heures avant le dernier délai de dépôt du dossier que ce document, réalisé sous pression et à la hâte, nous a été communiqué. Et, plus qu’une méthodologie de notation, ce règlement apporte de nouveaux sous-critères et seuils qui n’ont jamais été mentionnés auparavant. »

Concrètement, ce « scoring system »introduit une corrélation entre la taille maximale d’un stade et la population de la ville, fixe une capacité hôtelière en fonction de la taille du stade, autant de « déviations majeures par rapport aux exigences initiales », selon Fouzi Lekjaa. Dans une lettre de protestation adressée le 25 mars au président de la Fifa, le patron du foot marocain a expliqué que « la connaissance de ces éléments en amont de la procédure de candidature aurait été de nature à influencer voire à déterminer les orientations suivies dans la préparation du dossier et, par conséquent, son contenu ».

Un dossier toujours solide ?

Le royaume n’aurait par exemple jamais choisi de faire figurer Ouarzazate parmi les douze villes hôtes du Mondial, sachant qu’il compte moins de 250 000 habitants – un seuil de population qui lui vaut une note inférieure à 2, soit une note éliminatoire selon ce système de scoring. « Le dossier marocain n’est pas éliminé pour autant, car il faut tenir compte des notes des onze autres villes », tient à rassurer notre source au comité de candidature.

Source : RFI

Share Button
Précédent «
Suivant »

Tel: (+224) 622204454

Laisser un commentaire