Cette voiture du ministre Zakaria Koulibaly qui fait le buzz sur la toile

  • Publiée par Guineesynthese
  • 9 juillet 2018 10 h 27 min
  • 0

La voiture personnelle du ministre des Hydrocarbures a fait la Une des réseaux sociaux la semaine dernière. Pour beaucoup d’observateurs, pendant que le ministre Djakaria Koulibaly demande à la population d’accepter le nouveau prix du carburant à la pompe, il vaque à ses affaires à bord d’une voiture qui selon l’opinion  pourrait être le fruit d’une immense corruption.

Cet engin roulant de marque Toyota qui fait le buzz sur les réseaux sociaux depuis quelques jours est une fabrication Japonaise. A vu d’oeil, il semble être une Toyota Land Cruiser qui coûte près de 30.000 Euro environs plus de 300.000.000 GNF. Quant à sa consommation en carburant, son plein du réservoir est au délà de Cent litres et elle ne peut être démarrée avec moins de 20 litres comme réserves.

En Guinée, le salaire mensuel d’un ministre avoisine les Sept millions de francs guinéens. Avec ça, beaucoup de guinéens évoquent la corruption comme le seul moyen qui permet à un homme de son statut d’acheter une voiture de ce genre.

Voiture des cadres du ministère des hydrocarbures

La grosse question qui se pose actuellement, d’où le ministre Djakaria Koulibaly a puisé cette somme colossale pour se doter de cette grosse cylindrée ?
Depuis la montée du prix du carburant, ce nouveau département tente d’être convaincant pour faire accepter la mesure mais en vain.
Aux yeux de bon nombre de guinéens, le déficit économique dont souffre actuellement le pays est dû à la mal gouvernance. Pour eux pas question que le citoyen lambda subisse à tout moment les prix de cette mauvaise gouvernance.
Le numéro 1 du ministère des hydrocarbures n’est pas le seul à disposer d’une voiture de luxe dont l’acquisition fait l’objet de doute de malversations de la part des citoyens. En guise d’exemple, il circule dans la même voiture que le directeur général de Guinée Télécom (Ex Sotelgui), Moïse Koulibaly,  ce dernier était l’ancien directeur général adjoint de l’autorité de régulation des postes et télécommunications (ARPT).
La Guinée étant un pays d’immence corruption, les auteurs de ces actes ne sont souvent pas inquiété de leur mauvaise gestion. Chose qui donne la possibilité au fléau à se tailler une grande place au sein de l’administration publique guinéenne.
Oury Maci Bah 628533966
Share Button
Précédent «
Suivant »

Laisser un commentaire