Conakry : Les travailleurs du port autonome de Conakry à un doigt de la victoire

  • Publiée par Redaction
  • 18 septembre 2018 10 h 00 min
  • 0

Les travailleurs du Port Autonome de Conakry ne comptent pas lâcher prise dans l’affaire de concession du quai conventionnel à la société turque. Ils restent droits dans leurs bottes avec un seul message : l’annulation du contrat. Pour cela, ils sont déterminés à aller jusqu’au bout. C’est ce lundi 17 septembre 18 à la direction générale du port même qu’ils l’ont fait savoir à l’occasion de leur Assemblée générale.

Des travailleurs du PAC devant la direction générale

Sur les pancartes que détenait la centaine de manifestants, on pouvait lire : « On ne vend pas un patrimoine historique, les Guinéens disent non à la  vente du port ».

Selon le secrétaire général de la délégation syndicale du PAC : « Nous sommes sur notre plateforme aujourd’hui. Malgré les intimidations, des arrestations, ça nous a pas dérangé de tenir notre assemblée générale  parce que c’est la convention 96 et 97 de la norme internationale de travail et le code de travail qui nous permet » précise Cheick Touré.

Dans sa communication, Cheick Touré n’a pas manqué de qualifier de non sens le décret présidentiel destituant les deux Directrices du Port. « Le départ des deux directrices est un non événement pour nous. Notre objectif c’est l’annulation du contrat la grève est observée jusqu’à la satisfaction finale ».

Fait nouveau dans cette affaire, le Syndicat libre des enseignants et chercheurs de Guinée version Aboubacar Soumah a prêté main forte aux grognons du port autonome de Conakry. Josèph  Traoré, représentant du SLECG a indiqué que : «  nous vous félicitons et vous encourageons. Nous sommes à une phase ou nous avons droit à l’erreur nous ne devons pas avoir peur seul la vérité triomphera dans ce pays. N’acceptez pas la corruption c’est la corruption qui amène la diffusion ».

Il est important de signaler que ces employés mécontents du port font désormais du lundi leur jour de retrouvaille pour leur Assemblée générale. C’est leur seule façon disent-ils de contraindre l’État à renoncer à la signature de ce contrat controversé.

Kèlètigui Traoré 656103438

 

Share Button
Précédent «
Suivant »

664 71 82 86

Laisser un commentaire