Consommation de la Chicha: Des mesures draconiennes contre les consommateurs et les importateurs

  • Publiée par Dramé Yahya
  • 20 janvier 2017 3 h 56 min
  • 0

Pour freiner  la consommation de la Chicha, la Commission interministériel de réflexion sur l’utilisation de la Chicha en république de Guinée conduite par le secrétaire général des services spéciaux, de la lutte contre la drogue et les crimes organisés,  colonel Moussa Tiegboro Camara a tenu une réunion, ce jeudi 19 Janvier 2017 dans son département. Au cours de laquelle, des mesures draconiennes  ont été prises contre les consommateurs et les importateurs de la chicha à travers la drogue. 

Au sortir de cette réunion technique, le porte-parole de ladite commission, Dr Mamadi Mory Keita, pédiatre au service de la pédiatrie à l’hôpital Donka a tout d’abord rappelé l’historique de la chicha, « c’est en 1605 qu’un médecin d’origine iranienne en fonction auprès de l’empereur AKBAR dans l’Inde inventa le dispositif de la consommation de la Chicha. La Chicha est composée de 21% de tabac », a rappelé le porte-parole.

S’exprimant sur les risques liés à la consommation de la chicha à travers la drogue, « les risques sur la santé est l’augmentation du cancer, de bronchique chronique, du problème cardiovasculaire ont été mis en évidence. Les mesures révèlent de l’augmentation de monoxyde de carbone  expiré à la fin de la chicha est équivaut à celle observée lors de la consommation de deux paquets de cigarettes. Un Millilitre (1 ML) de la Chicha contient plus d’un million de microparticule », a expliqué Dr Mamadi Mory Keita.

Dans le cas particulier de la Guinée, poursuit-il, ‘’c’est en 2016 que le secrétaire général à la présidence, chargé des services spéciaux de la lutte contre les crimes organisés  a découvert ce phénomène associé à un cocktail de drogue à savoir : huile de cannabis, héroïne, cocaïne chanvre indien…à travers le témoignage des parents des victimes où la plus part est âgée de 18 ans dont 20 confirmés par les services médicaux spécialisés ‘’, a-t-il indiqué.   

C’est pourquoi d’ailleurs, la Commission interministériel de réflexion sur l’utilisation de la Chicha en république de Guinée, consciente de la consommation de la Chicha de plus en plus rependue en Guinée, des dangers de la chicha associée à la drogue sur la couche juvénile recommande et menace : 

1- La constitution d’une équipe pluridisciplinaire et multi-sectorielle chargée d’initier et de mettre en œuvre à  l’échelle national un projet d’information, d’éducation  de communication contre l’importation, la commercialisation et l’usage de la Chicha.

2-L’interdiction formelle  de l’importation, de la commercialisation et de la consommation de la chicha sur toute l’étendue du territoire national,

3-Le dépôt volontaire des stocks de la chicha et accessoires dans un délai de 48 heures par tout détenteur au siège du secrétariat général à la présidence, chargé des services spéciaux.

4-La saisie desdits produits par les services spécialisés  en cas de non-respect de ce délai.

5-La poursuite de tout contrevenant aux présentes dispositions  devant les juridictions compétentes

6-La mise à jour et l’adoption diligente le code des drogues.

7-La mise à la disposition des services techniques concernés des moyens matériels et financiers  adéquats.       

Share Button
Précédent «
Suivant »

Téléphones: 655 25 06 84 628 38 05 76

Laisser un commentaire