Convention collective de la presse : La CNTG apporte son soutine au syndicat de la presse privée de Guinée 

  • Publiée par Oumar Camara
  • 17 avril 2018 11 h 07 min
  • 0

Le Syndicat de la Presse Privée de Guinée (SPPG) a été reçu ce lundi 16 avril 2018 par la CNTG (Confédération National des Travailleurs de Guinée). Cette rencontre s’est tenue à la bourse de travail siège de la CNTG. Le syndicat de la presse privée de Guinée a au cours de cet entretien partager les informations de sa lutte pour une convention collective de la presse privée de Guinée au syndicat mère.

Au cours des débats, le syndicat de la presse privée de Guinée a informé la CNTG de l’évolution des travaux du bureau exécutif notamment les différentes démarches effectuées auprès des partenaires engagés pour la bonne cause des journalistes. Mais aussi expliqué  la mise en place d’une commission technique chargée des formations syndicales permettant aux syndiqués de bien défendre les journalistes. Dans la même lancée, le syndicat de la Presse Privée de Guinée a souligné qu’une convention est en cours d’élaboration. Une convention dans laquelle la prise en charge des journalistes est sollicitée notamment les primes d’ancienneté, de transport entre autres.

Sidi Diallo est le secrétaire général du SPPG : « toutes les préoccupations ont été signalé dans cette convention, que ça soient les premières préoccupations des syndicats qui est le contrat d’immatriculation, le SMIG pour un départ qui est différent de celui qu’on connait. Nous avons fait une proposition de SMIG. Nous sommes même allés au-delà et nous avons demandé  des primes de responsabilité, d’ancienneté pour ceux qui ont fait plus de 2 ans et les primes de transport mais aussi et surtout l’immatriculation des journalistes à la Caisse Nationale de Sécurité Sociale. Pour ce fait, nous souhaitons l’appui de tous les partenaires. Mais au-delà de la convention, nous avons des problèmes. Les journalistes subissent des violences, de la maltraitance lors de l’exercice de leurs fonctions. Cette remarque nous amène à évoquer le dernier cas d’agression contre des journalistes à l’escadron numéro 3 de Matam. Pour ce cas précis, nous rappelons qu’une plainte est déjà déposée et nous exigeons que les victimes soient indemnisées ».

Pour répondre à toutes ces préoccupations, la CNTG partenaire du SPPG  s’engage à soutenir les élus de la Presse Privée et promet deux (2) séminaires qui seront financés par le bureau exécutif. Le secrétaire général adjoint de la CNTG estime que les journalistes doivent être mieux formés, mieux outillés pour faire leur travail  << l’élément le plus important pour nous après les formations est la sécurité de ces journalistes qui font le travail de terrain, ils sont victimes d’un côté des jets de cailloux et de l’autre côté les répressions de la police. Ils sont entre le feu et l’enclume. On fera un cri d’alarme au pouvoir dans les accords prochains pour dire qu’il faut que les journalistes de terrain qui couvrent ces événements soient pris en compte et qu’ils soient indemnisés. Le journaliste est partenaire de tout le monde car à travers la presse le pays se développe. Pour les dossiers sur le cas des journalistes qui sont piétinés il faudrait que Monsieur le procureur qui est en charge de ces dossiers accélère » soutient Mamadou Mansaré.

Par ailleurs le bureau exécutif de la « CNTG » a sollicité le soutien et l’engagement de tous dans l’obtention des différentes requêtes. Quant au SPPG, il s’engage à faire voir les différents efforts que fournis la CNTG sur le terrain. Pour finir les deux (2) parties syndicales se disent réjouis de cette rencontre.

Share Button
Précédent «
Suivant »

Laisser un commentaire