Corruption : Des personnalités guinéennes citées dans un scandale fiscal

  • Publiée par Redaction
  • 5 avril 2016 9 h 00 min
  • 0

C’est le plus gros scandale d’évasion fiscale de l’histoire. Une enquête internationale coordonnée par le Consortium international des journalistes d’investigation (ICIJ) a révélé, dimanche, des avoirs dans les paradis fiscaux de 140 responsables politiques, ou personnalités de premier plan, dans le monde. La lecture des documents confidentiels de la firme Panaméen Mossack Fonseca éclabousse le monde du sport, politique et financier. En Guinée, un proche du feu Président Conté fait partie des personnalités mouillées.

C’est le journal allemand Sûddeutsche Zeitung qui a mis pied sur la mine d’informations et a accepté de partager des millions de documents au ICIJ. Au total, plus de 2,6 téraoctets (2.600 Go) de données ont été sortis des placards de Mossack Fonseca, et épluchés par 370 journalistes de 107 médias du monde entier, qui ont travaillé pendant 9 mois pour en tirer des informations.

L’enquête révèle que la 4e épouse du feu ancien Président  guinéen, Lansana Conté, Mamadie Touré figure parmi les personnalités africaines mouillées par ce scandale. La veuve laissée par l’ex Général-président vit aux Etats-Unis, depuis la mort de son mari. Elle qui avait été cité à mainte reprises dans l’affaire Simandou-Gate. Une corruption à grande échelle touchant l’attribution des blocs 1 et 2 de Simandou, au géant minier Israélien, Beny Steinmetz Group Resources (BSGR) de Benny Steinmetz.

Du vivant de son mari, sa société Matinda avait signé un contrat de commission avec BSGR, avait-elle dit en aout 2014 aux enquêteurs du FBI.  Le Protocole d’accord indiquait que BSGR était censé lui donner deux (2) millions de dollars américains si BSGR recevait les blocs 1et 2 de Simandou, mais aussi  cinq (5) pour cent du produit des mines des blocs 1 et 2. Une information qui corrobore avec l’enquête menée par le FBI en 2014.

Le magazine américain The New Yorker, soulignait que le FBI avait révélé que Pentler Holdings, une société de Steinmetz, basée aux Îles Vierges Britanniques (l’un des nids des paradis ficaux), avait soudoyé Mamadie Touré, en lui versant des millions de dollars et une participation de 5 % dans le projet Simandou en échange de son aide pour obtenir que Conté cède les droits par écrit.

Le Président Lansana Conté, mourant à l’époque, a signé un décret cédant à Steinmetz la moitié des droits d’exploitation de Simandou, qu’il a retirée au géant anglo-australien Rio Tinto. Mais un an après, Steinmetz, a vendu 51 % des droits pour 2,5 milliards de dollars, au géant du fer brésilien Valé.

Notant le caractère frauduleux de la procédure d’obtention des Titres et de la Convention minière dont VBG-Vale BSGR est titulaire dans le Simandou, les autorités guinéennes,  ont retiré  la Convention et des Titres miniers de cette société et son exclusion de la procédure de réattribution.

Les révélations Panama Papers sur Mamadie Touré sont-elles liées à l’affaire Simandou-Gate ? En attendant la publication des documents par le journal le Monde qui a participé à l’enquête, tout un faisceau d’indices le laisse croire.

Affaire à suivre…

Source : Africaguinee

Partager
Précédent «
Suivant »

664 71 82 86

Laisser un commentaire

REPORTAGE VIDÉO

JOURNAL STAR21TV & EVASION

TOP 10 DES ARTICLES

PUBLIREPORTAGE