Crise politique : des femmes de l’opposition projettent une nouvelle série de manifestation

  • Publiée par Guineesynthese
  • 7 novembre 2018 9 h 43 min
  • 0

Ces femmes de l’opposition déplorent l’attitude du ministre de la justice qui aurait refusé de les recevoir lors de leur dernière marche.  Les opposantes projettent une série d’activités de protestation qui démarreront ce vendredi par un recueillement. Ces annonces ont été faites à l’issue d’une rencontre tenue au quartier général de l’UFDG à la minière. 

Cette rencontre de ces opposantes avait pour objectif de tirer les leçons de la dernière marche qu’elles ont organisée mais débattre des activités en perspective. Après un échange de plusieurs heures à huit clos, les opposantes décidentd’organiser une série d’activités.

« A la sortie de cette réunion, il a été retenu entre autres : le vendredi, 09 novembre 2018, nous allons organiser un recueillement au cimetière de Bambeto. Et, le mardi, 13 novembre nous allons organisé une marche pacifique. Cette manifestation partira du rond-point de Bambeto pour s’achever sur l’esplanade du stade du 28 septembre à Dixinn. Les femmes de l’assemblée se proposent de rédiger une demande qui sera adressée au ministre de la sécurité, au ministre de l’action sociale et au haut commandant de la gendarmerie nationale », a dit Séni Tonamou, présidente du conseil national des femmes du Bloc Libéral.

Ces démarches visent à interpeller ces derniers sur les différentes tueries dont sont souvent victimes leurs enfants, précisent-elles. Ces opposantes déplorent le comportement du ministre de la justice qui aurait refusé de les recevoir lors de leur dernière marche,

« On a décidé de marcher, on a marché, même si on a été bloqué à un niveau. L’essentiel est qu’on a puis passer nos messages et on a retenu que le ministre n’a pas accepté de nous recevoir », a expliqué Hadja Maïmouna BAH Diallo vice présidente du comité national des femmes de l’UFDG.

Ces femmes disent être déterminées à continuer le combat jusqu’à l’aboutissement de leur revendication.

Keletigui Traoré 

Share Button
Précédent «
Suivant »

Laisser un commentaire