Déroulement normal des cours dans les écoles privées du quartier Bailobaya

  • Publiée par Oury Maci Bah
  • 1 novembre 2018 14 h 26 min
  • 0

L’un des quartiers de la haute banlieue de Conakry où les élèves suivent normalement les cours est Bailobaya. Tous les jours, ils sont nombreux à rejoindre leurs écoles respectives. Un mois après la reprise, plusieurs leçons sont déjà notées dans les cahiers. Dans ce quartier, il n’existe aucun établissement scolaire public. Chose qui permet aux écoles privées en place d’être épargnées du risque d’attaque par leurs homologues du public comme c’est le cas dans d’autres quartiers de la capitale.

Dans la matinée de ce jeudi, 01 novembre 2018 votre quotidien électronique a sillonné quelques écoles du quartier Bailobaya. Partout le même constat s’est révélé. Les cours se tenaient et la présence des élèves était de taille. Au niveau de chacune de ces écoles, les portails étaient fermés de l’intérieur avec des vigils à côté, contrôlant tout inconnu qui se pointe avant de lui laisser le passage.

Dans tous ces établissements scolaires privés, guinéesynthèse.com a été reçue à bras ouverts. Mais votre quotidien en ligne n’a eu de suite favorable à aucune de ses demandes d’interview. Les responsables rencontrés ont presque manifesté la même inquiétude. Pour eux, parler à la presse pourrait être menaçant pour la tranquillité actuelle de leurs écoles. Les élèves étaient en classes et les cours se déroulaient normalement. Les perturbations dans les écoles publiques dues à la grève du SLECG n’affectent pas celles privées du côté de Bailobaya. En tout cas-là, on est déjà près d’un mois d’études.

En revanche, dans les quartiers où il y a d’écoles publiques, les élèves sont quasiment sans cours. Pour preuve, des manifestations de colère ont éclaté ces derniers jours un peu partout dans la ville de Conakry notamment à Kountia. Quant à la grève en cours dans le secteur éducatif depuis le 03 octobre 2018, elle est loin de toute solution pour le moment. Entre gouvernement et SLECG, les positions se durcissent de part et d’autre. Aucun des deux camps n’est plus prêt à la moindre concession. Ce qui fait perdre l’espoir d’un retour rapide à la normale dans l’enseignement pré-universitaire public d

Share Button
Précédent «
Suivant »

Journaliste Reporter 00224 628 53 39 66

Laisser un commentaire

JOURNAL STAR21TV

TOP 10 DES ARTICLES

PUBLIREPORTAGE