Ecrire pour informer et non pour se faire du buzz, telle est la mission d’un journaliste !

  • Publiée par Redaction
  • 23 novembre 2017 14 h 29 min
  • 0

Toute heureuse est ma personne de constater que la rigueur imposée sur moi-même pour me parfaire, est un signe d’une génération de journalistes qui a compris que le professionnalisme s’acquiert par un travail sérieux et non pas par des coups-bas ou des situations de victimisation pour accroître sa côte de popularité.

Dans un article paru sur le site d’informations Guineesynthèse.com dont le titre est : « http://guineesynthese.com/conference-de-presse-de-magic-systeme-qui-a-ordonne-de-vider-aly-bongo-leno-de-la-salle/ », ma personne et même mon sobriquet, mes deux fonctions (journaliste et chargé de communication de Meurs Libre Prod), ont fait sujet d’une attaque partisane de la part du journaliste auteur.

Mais pour le moment, revenons-en aux faits !

Dans l’une des salles de l’hôtel Noom de Conakry le samedi 18 novembre dernier, se tenait une conférence de presse sur les deux concerts du groupe Magic Système dans le cadre des vingt (20) ans de leur carrière. Et sur ce, l’instruction a été donnée au chargé de communication de l’événement que je suis, de faire comprendre à toute personne n’étant pas invitée et à tout journaliste que je n’ai pas personnellement convié, de libérer la salle car le nombre de place était fonction du nombre d’invités. Chose que j’ai faite en interpellant le journaliste Aly Bongo Leno pour lui demander l’objet de sa présence ainsi que l’identité de la personne qui lui avait invité car il ne figurait pas sur ma liste de journalistes pour la circonstance. Et comme réponse, mon confrère m’a indiqué qu’il a été convié par Manadja l’un des membres du groupe Magic Système et sur le coup, je lui ai remercié pour la coopération et je lui ai quitté pour faire mon compte-rendu à qui de droit. Quelques minutes après, Aly Bongo Leno a eu accès à la salle pendant que la conférence était en cours.

Chose remarquable dans l’article, l’auteur n’a nullement signalé m’avoir posé la question de savoir, qui a demandé l’expulsion de la salle de toutes personnes (y compris les journalistes) non invitées. Le journaliste n’a pas non plus dit que le président de Club Magic Système de Guinée (ressortissant ivoirien) a aussi subi le même sort et que l’artiste A’Salfo lui avait même demandé de garder le drapeau ivoirien pour lui car il en aurait besoin pour le concert V.I.P du soir. Sans compter quelques agents d’une société partenaire de l’événement et qui a été obligée de recevoir les artistes dans le hall pour des séances photos.

Donc il est à se demander, pourquoi c’est le seul cas d’Aly Bongo Leno qui a été cité dans l’article et pourquoi ma réponse n’y figure pas ? Mais je ne suis pas surpris car le journaliste à la base de l’article, est à la fois un intime ami d’Aly Bongo Leno et ce jour (samedi 18 novembre 2017), ils étaient arrêtés à deux pendant et après la scène qu’il a PASSIONNEMENT décrite.

Pour ma part, je reste convaincu que le chemin du professionnalisme dans tout métier, commence par le respect de soi-même et par celui des principes de base autrement appelés la DEONTOLOGIE. Je reste aussi convaincu qu’un journaliste n’étant pas invité à prendre part à une conférence de presse, se doit de s’abstenir à répondre physiquement présent mais peut si besoin se fait ressentir, de relayer l’information sans pour autant s’attendre à une contrepartie.

Et pour finir, je réitère que je suis heureux de constater que la rigueur imposée sur ma personne pour me parfaire, est un signe d’une génération de journalistes qui a compris que le professionnalisme s’acquiert par un travail sérieux et non pas par des coups-bas ou des situations de victimisation pour accroître sa côte de popularité.

Pour la précision, je m’appelle Cheick Alpha Ibrahima Camara et Alpha le sérum est mon pseudonyme sur les réseaux sociaux.

Merci pour la compréhension !

Cheick Alpha Ibrahima Camara, journalise et Chargé de communication de la structure Meurs Libre Prod

Share Button
Précédent «
Suivant »

664 71 82 86

Laisser un commentaire