El Hadj Habib Hann répond à ces détracteurs, « le secteur des assurances est un moteur de développement des économies modernes… »  

  • Publiée par Abdoulaye Bella Diallo
  • 9 janvier 2018 14 h 08 min
  • 0

A l’occasion de la présentation des vœux de nouvel an du gouverneur de la banque centrale tenue la semaine dernière, le président  de l’association professionnelle des assureurs  de Guinée (APAG),  El hadj  Mohamed Habib Hann n’a pas fait de cadeau aux personnes qui estiment que le secteur d’assurance ne servait à rien dans l’économie d’une nation, car selon lui, le secteur des assurances est un moteur de développement des économies modernes.

« Il faut le rappeler, cette cérémonie est une occasion solennelle de rappeler à chacun le rôle important de protection, d’assistance, d’indemnisation et de soulagement des victimes et de leurs familles par l’assurance. L’APAG a joué un rôle indépendant du secteur des assurances dans le cadre du dialogue public-privé amorcé au sein du comité de pilotage du Business forum  dont les initiatives pourraient avoir impacts dans le secteur des assurances. Il s’agit de la loi sur le partenariat public-privé, la Guinée vision 2040, le plan national de développement économique et social de PNDES, le PNDA, le programme national d’investissement agricole de sécurité alimentaire et institutionnel », précise-t-il.

En tant que deuxième vice-président de la plateforme de concertation du secteur privé guinéen, se défend-t-il, « l’APAG a participé activement à la création de la plateforme nationale de dialogue public-privé dénommé ‘’Guinée Buness forum’’ lancé le 20 décembre dernier par le président de la république. Notre commission est ferme. Tout développement réussi de l’entreprise d’une société, d’une nation doit en plus de la sécurité et de la stabilité est soutenue par l’industrie des assurances. Le secteur des assurances est un moteur de développement des économies modernes. Si toutes  les assurances étaient effectivement souscrites en Guinée, le secteur pourrait bien jouer son rôle d’investisseur institutionnel et ainsi accompagner l’Etat dans sa politique de développement économique et social », a jouté El hadj Habib Hann.

Parlant du secteur automobile aussi un facteur de l’économie, le président de l’association des assureurs de Guinée  souligne, « en ce qui concerne, le secteur automobile chaque année des accidents nous interpellent tous. L’année 2017 a été particulièrement marquée par de grands accidents de la circulation routière dont des nombreuses familles ont été endeuillée. Combien de veuves, d’orphelins et d’handicapé victimes d’accidents sont aujourd’hui réduit à la mendicité  du fait des accidents de la circulation. Parce que tout simplement, les véhicules auteurs de ces accidents ne sont pas assurés ».

Et de poursuivre, El  hadj  Habib Hann compte relever les défis dans le secteur de l’assurance, «  par souci de voir désormais, les usagers de la route, saturés et bénéficiers des prestations offertes par de compagnie d’assurance, nous avons élaboré et adopté un contrat programme  qui vise à impliquer fortement les matériels qui sont : la banque centrale, la gendarmerie, la police, le ministère des sports, le syndicat de l’union nationale des transporteurs de Guinée dans la lutte contre la non couverture en assurance pour réussir. Ce projet donc, nous avons mis en place un comité de pilotage. L’autre défi aussi important que l’assurance automobile que notre secteur a permis de relever et de non-respect de l’assurance obligatoire des marchandises à l’importation par une large majorité des importations des liens et service. Pour relever ce défi, notre association en collaboration avec l’AMCAR a pris part à un cadre de concertation avec les autorités de la banque centrale, du ministère en charge du budget, du commerce, des transports, des douanes et des opérateurs économiques guinéens afin de trouver désormais une réponse aux besoins de couverture en assurances des marchandises transportées », a-t-il expliqué.

Selon lui, l’année 2017 aura été également pour nous, une année de réforme institutionnelle afin de faire que notre organisation soit professionnelle d’organe soit performent et de cadre compétent. « Pour renforcer les climats de confiance, notre association a libéré en 2016, la somme de 1 milliard 500 millions francs guinéens en faveur des sociétés d’assurances en vue de régler les dossiers inter-compagnies. Ces dossiers d’organisations de la profession ont permis également aux compagnies du marché de régler au titre des «  sinistres » 120 milliard 651 millions francs guinéens en 2016 contre 60 milliard en 2015, ces efforts se poursuivront tout au long de l’année 2018 », a-t-rappelé, avant de faire remarquer les perspectives de l’année 2018, « en 2018, l’APAG soutien et souhaite d’ailleurs bénéficiée de l’assistance de la banque centrale afin de finaliser la restructuration des organismes particuliers des assurances notamment les fonds de garantie automobiles (…) », lance le président de l’association professionnelle des assureurs  de Guinée (APAG).

Share Button
Précédent «
Suivant »

Journaliste Reporter 00224 628 52 64 04

Laisser un commentaire