Grève des enseignants : le mot d’ordre respecté dans des écoles de kaloum

  • Publiée par Oumar Camara
  • 12 février 2018 13 h 52 min
  • 0

Suite à la grève lancée ce Lundi 12 Février 2018,  par le syndicat des enseignants et chercheurs libres de Guinée (SLECG) version Aboubacar Soumah dans le secteur de l’éducation, certains établissements d’enseignants secondaires de la commune de Kaloum ont enregistré un faible taux de présence des élèves et  professeurs, d’autres par compte n’ont même pas suivi de cours. C’est le  constat fait au lycée 2 Octobre, du collège château d’eau et le complexe scolaire Jacqueline Bangoura.

Au lycée 2 Octobre d’Almamiyah, certains élèves et enseignants étaient présents, mais la presse n’est pas la bienvenue compte tenu des propos tenu par son proviseur « je vous demande de quitter l’établissement et ne plus remettre les pieds ici ».

Derrière la cour un professeur s’est prêté à nos questions, Moussa Camara Professeur de philosophie au lycée 2 Octobre dit qu’il suit le mot d’ordre de grève et ne craint à aucune sanction de son établissement parce qu’il pense être dans la légitimité des faits.

Selon M. Camara ‘’ Tant qu’il n’ya pas la satisfaction des points de revendications je ne vais jamais reprendre les cours. Et à mon avis  tant que le gouvernement ne négocie pas, nous resterons toujours à la maison. La réticence du gouvernement est dû à sa faiblesse et son irresponsabilité, parce que le secteur de l’éducation est entrain d’être brisé dans notre pays devant ce gouvernement qui ne fait rien. Tout ça c’est parce que leurs enfants étudient dans les grandes écoles à l’étranger et ils n’ont pas pitiés des autres enfants’’ a fait savoir M. Camara professeur de Philo au lycée 2 Octobre.

Non loin du lycée 2 Octobre, le complexe Jacqueline Bangoura où la quasi-totalité des classes sont vides.  Et dans la cours à la place des cours, certains élèves jouaient au basket Ball.  Mohamed Oularé est élève en Terminale Sciences Sociales  et faisait parti du groupe, il  se  dit très déçu des enseignants et du gouvernement et invite  à cette occasion les enseignants et le gouvernement à s’entendre pour les  permettre de bien étudier’’ a laissé entendre cet élève en salle d’examen au complexe scolaire Jacqueline Bangoura.

Le constat au collège château d’eau était le même, pas d’élèves,  les enseignants étaient visibles dans la cours de l’école, aucun d’entre eux n’a voulu se prêter à nos questions. Ces derniers nous ont dirigé vers la directrice de l’éducation communale de Kaloum à la DCE pour avoir la permission de se prêter aux questions des journalistes.

Share Button
Précédent «
Suivant »

Laisser un commentaire