Hausse du prix du carburant : Lundi de troubles en banlieue de Conakry

  • Publiée par Aris Diabaté
  • 9 juillet 2018 10 h 01 min
  • 0

Les choses ont un peu plus tôt commencé ce matin dans la banlieue de Conakry. Ce lundi 9 juillet 2018, des citoyens ont été pris en otage par des manifestations inopinées. Depuis l’annonce du nouveau tarif par le nouveau gouvernement, la capitale guinéenne vit au rythme de soulèvement de la part des groupes de jeunes un peu partout.

De la Cimenterie à Wanindara sur le prince, de Enta à Sangoyah ou encore de la T6 à Cobayah, des jeunes ont érigé très tôt des barricades empêchant la circulation sur toutes ces voiries urbaines. Conséquences, circulation bloquée aux usagers de la route surtout des travailleurs qui voulaient rallier la ville.

En lieu et place des véhicules, se sont des jeunes qui ont installé des poteaux en transformant la chaussée en un terrain de football. Ce désordre se passe au vu et au su des forces de sécurité qui est à un nombre très minime.

Ces manifestants demandent depuis plusieurs jours la revue à la baisse du prix du carburant à la pompe comme vient de le faire la République du Haïti. Mais le gouvernement guinéen ne semble pas entendre cette option car l’Etat aurait perdu 2000 milliards GNF en subventionant le carburant sur le marché. Un montant qui pourrait aider les autorités à faire face à certains besoins de la population notamment la construction des barrages hydroélectriques sans vouloir empreinter un centime à l’étranger.

C’est donc une nouvelle crise qui plane sur la Guinée qui peine d’ailleurs à se relever de poids de l’impasse politique car les forces sociales projettent une grande marche pacifique ce mardi 10 juillet dans la capitale guinéenne pour exprimer sa colère face à cette décision du gouvernement Kassory. Un premier assaut contre le premier ministre et toute son équipe.

Share Button
Précédent «
Suivant »

Tel: (+224) 622204454

Laisser un commentaire