Le Président Alpha Condé, « En 2010 quand on m’avait fait la situation, j’ai regretté d’être président… »

  • Publiée par Abdoulaye Bella Diallo
  • 5 octobre 2017 15 h 21 min
  • 0

C’est la salle de congrès du palais du peuple qui a servi de cadre, ce jeudi 05 Octobre 2017 la célébration du 50ème anniversaire de la journée mondiale des enseignants. La rencontre a été présidé par le président de la république, Alpha Cond en compagnie de plusieurs membres de son gouvernement.

A l’occasion de cette fête, le premier responsable du pays a fait savoir qu’il a voulu regretter après avoir fait la situation de la Guinée en 2010 dès après sa prise de fonction, « En 2010 quand, je suis devenu président avant de prêter serment, j’ai fait venir le Fonds Monétaire International, (Kassory Fofana est témoin), j’ai dis de me faire le point de la situation. Je vous assure quand ils m’ont fait le point de la situation de la Guinée, j’ai regretté d’être président quand j’ai vu dans quelle situation était ce pays. L’inflation était à 21%, la banque centrale n’avait pas bénéficé pour le deuxième d’exportation. Les hommes d’affaires viennent quand ils font une nuit à l’hôtel ‘’Novotel ’’ le lendemain, ils partent », a déclaré le président Alpha Condé devant une foule nombreuse.

Par ailleurs, le chef de l’Etat a clamé haut et fort que quand on veut s’enrichir, on ne devient pas médecin ou enseignant, « le métier d’enseignant est un métier à la fois difficile et ingrat. Car l’enseignant est comme le médecin ça serait d’abord un sacerdoce. Et quand on veut s’enrichir, on ne devient pas médecin ou enseignant. Car, les enseignants qui transmettent le savoir qui permet à un peuple de maintenir son destin. Et c’est le médecin qui permet à ces peuples d’être en bonne santé. Nous sommes des enseignants, nous avons une grande responsabilité. La première de nos responsabilités, c’est d’éduquer les enfants mais aussi en leur disant la vérité et leur disant l’histoire de leur pays et l’Afrique. Ce qui n’est pas souvent le cas parce que très souvent les gens sont amnésiques. Donc avant de vous parler de l’enseignement, je vais faire d’abord un petit retour en arrière car vous êtes des enseignants, c’est vous qui devez maitriser l’évolution de ce pays et expliquer aux enfants. Ça c’est votre premier devoir mais vous le faites pas. Et vous ne le faites pas (…) », a lancé le premier responsable du pays.

Share Button
Précédent «
Suivant »

Journaliste Reporter 00224 628 52 64 04

Laisser un commentaire