Processus électoral: la CENI à la recherche d’une bonne stratégie de communication

  • Publiée par Redaction
  • 5 mai 2016 19 h 25 min
  • 0

Des membres du département de la communication, de la commission électorale nationale indépendante CENI ont tenu récemment une rencontre avec les responsables des différentes structures de presse privée dans les locaux de ladite institution en charge des élections en Guinée. Cette rencontre a été coordonnée sous la houlette du directeur du département de la communication à la CENI, Maxime Koivogui. A la sortie de cette réunion, le directeur en charge de la communication nous a accordé un entretien, au cours duquel il a décliné les objectifs visés par la CENI en termes de la communication.

Maxim Koivogui : « Nous avons invité des journalistes à une séance de travail, les associations de presse autour d’une table pour savoir d’avantage comment construire ensemble une communication fiable pour la CENI. Mais essentiellement une communication où les acteurs du processus électoral et la population trouveront beaucoup d’intérêt. Construire un système de collaboration, un système de partenariat avec la CENI pour davantage communiquer. Nous voudrions qu’ils nous appuient sur nos critiques, sur nos réalités durant les processus électoraux passés et pour le processus électoral en cours. Notamment, pour les élections locales. Donc, nous appuyer sur nos réalités et nos défis pour qu’ensemble ont n’ait à construire une dynamique de communication avec comme toile de fonds les organes de presse (public et privé).», souligne Maxime Koivogui, directeur du département de la communication.

A en croire Maxime, ‘’ nous avons fait ensemble une sorte de débauche de constat que chacun va alimenter pour en faire des constats fiables. Ses constats se sont regroupés globalement en trois catégories. Le renforcement de l’image de la CENI, l’amélioration de la perception générale que tout le monde assure la CENI entant qu’institution surtout sur son travail dans le processus électoral. L’existence de plusieurs organes de presse dans notre pays. Et ces organes-là sont très utilisés par les populations et les acteurs du processus électoral. La troisième catégorie de constat que nous avons faite  dans notre constat général c’est de construire un partenariat entre la CENI et les organes de presse’’.

Parlant des propositions, Mr Koivogui dira qu’il y a deux principales propositions qui ont été faites.  Avoir un accord consensuel. Mettre en place dans les organes de presse l’intégralité des informations qui vient de la CENI et de manière régulière. Et d’organiser un système de rotation pour accompagner les missions de la CENI de manière permanente. Il ajoutera donc ceci : « Ce système rotation nous permettra d’avoir une équipe légère et efficace au tour de la communication de la CENI ».

Selon lui, la CENI donne l’information qui est en sa possession, pour ne pas que cette information ne soit pas archivée ou classée. Donc, c’est de mettre à la disposition des organes de presse. « On vise une plateforme efficace de communication qui est mise en place avec fourniture régulière et permanente des informations de la part de la CENI et la diffusion permanente et régulière de la part de ces organes.

« Nous voudrions qu’il y ait un dispositif national de communication à la disposition des électeurs, des partis  politiques, des administrateurs de Etats, des jeunes, des universitaires qui donne des informations sur le processus électoral et sur la CENI afin qu’on bâtisse ensemble une démocratie sans haine, sans conflit et avec beaucoup de convivialité et  une démocratie dans la paix », a-t-il conclu.

Moussa Traoré

664 46 59 09

Share Button
Précédent «
Suivant »

664 71 82 86

Laisser un commentaire